Sciences dures et traduction

Show simple item record

dc.contributor.author LEVY-LEBLOND, Jean-Marc en_US
dc.contributor.author OUSTINOFF, Michaël en_US
dc.date.accessioned 2009-04-10T09:38:58Z
dc.date.available 2009-04-10T09:38:58Z
dc.date.issued 2007 en_US
dc.identifier.uri http://hdl.handle.net/2042/24146
dc.description.abstract Dans cet entretien de conclusion, Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien et épistémologue, professeur émérite de l'Université de Nice, directeur des collections scientifiques aux éditions du Seuil et de la revue Alliage, montre qu'il est faux de penser que les sciences exactes n'ont besoin qu'accessoirement de la langue en raison du degré de leur formalisation, contrairement aux sciences humaines. La conceptualisation en sciences ne saurait se passer de la langue, ni même des langues (et par conséquent de la traduction). Le recours à l'anglais n'est qu'un moyen, nullement une fin en soi - ce que la mondialisation rend de plus en plus évident, au fur et à mesure que la science se décline de plus en plus en hindi, en chinois, ou dans d'autres langues. En refusant d'être plurilingue comme elle l'a été par le passé, la science risque l'aphasie, non seulement linguistique, mais aussi conceptuelle, ce qui n'est pas sans gravité pour la diffusion des connaissances scientifiques à l'échelle aussi bien locale que mondiale. fr
dc.format.extent 14545 bytes
dc.format.mimetype application/pdf
dc.language.iso fr en_US
dc.publisher CNRS Editions, Paris (FRA) en_US
dc.rights http://irevues.inist.fr/utilisation en_US
dc.source Hermès (Paris.1988) [ISSN 0767-9513], 2007, N° 49; pp. 205-211, 252 [8 p.] en_US
dc.title Sciences dures et traduction fr
dc.title.alternative Hard sciences and translation en
dc.type Article en_US
dc.identifier.doi 10.4267/2042/24146


Files in this item

PDF HERMES_2007_49_205.pdf 167.7Kb

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record





Advanced Search