Quels modèles de croissance pour les peuplements mélangés ? Exemple du mélange Chêne sessile - Pin sylvestre

Show full item record

Files in this item

PDF 215_232_PEROT.pdf 795.7Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/18145  |   DOI : 10.4267/2042/18145
Title: Quels modèles de croissance pour les peuplements mélangés ? Exemple du mélange Chêne sessile - Pin sylvestre
Author: PÉROT, Thomas; GOREAUD, François; GINISTY, Christian
Abstract: Les peuplements mélangés couvrent actuellement 50 % de la surface forestière française. Pour autant, il existe en France très peu d’outils d’aide à la gestion de ces peuplements. Les modèles de croissance décrivent l’évolution d’un peuplement au cours du temps et sont capables de simuler des interventions sylvicoles : ils sont, à ce titre, des outils très intéressants pour la planification des travaux et des récoltes ou pour l’aide à la production de guides sylvicoles. L’objectif de cet article est de présenter une question spécifique posée par ces modèles : le choix du niveau de détail d’un modèle de croissance. En effet, ce choix peut avoir des implications importantes par rapport à l’utilisation du modèle. Pour choisir ce niveau de détail, nous proposons de construire et de comparer une série de modèles simplifiés. Cette méthode est appliquée à la croissance des peuplements mélangés Chêne sessile – Pin sylvestre dans le cadre d’un partenariat entre l’ONF et le Cemagref. Pour étudier la croissance radiale, nous avons effectué des sondages dans 101 chênes et 116 pins répartis dans 4 dispositifs de la forêt domaniale d’Orléans. Nous avons utilisé ces données pour construire un premier modèle : un modèle arbre dépendant des distances. Ce modèle nous a permis de préciser les interactions intra- et interspécifiques. Il ressort notamment que les pins entourés de pins sont plus défavorisés que les pins entourés de chênes. Le modèle a été intégré dans un module de la plateforme de simulation forestière Capsis. À partir d’un peuplement réel, nous avons réalisé des simulations qui nous ont permis de quantifier la production du mélange mais aussi d’apporter des éléments de réponses ou de réflexion sur le devenir du mélange. Nous avons également illustré l’intérêt du modèle arbre dépendant des distances pour tester des stratégies de martelage à l’échelle de l’arbre. Ce travail est un premier pas vers la construction d’une famille de modèles des peuplements Chêne sessile - Pin sylvestre à différents niveaux de détail. À terme, la comparaison des différents modèles de cette famille nous permettra d’identifier l’échelle adéquate pour une ou plusieurs problématiques de gestion. Nous pourrons ensuite compléter ce modèle pour prendre en compte notamment la régénération et développer un outil complet d’aide à la gestion de ces peuplements mélangés.
Description: Mixed forests currently account for 50% of the French forest cover. Nonetheless, there are very few management aid tools in France relating to these stands. Growth model describe the development of stands over time and are able to simulate forestry practices – in this respect, they are very useful tools for planning operations and harvesting, or as aids in producing silvicultural guidelines. The purpose of this article is to present a specific issue raised by these models: the choice of the level of detail for a growth model. This choice can indeed have significant implications for the use of the model. So as to choose the level of detail, we propose building and comparing a series of simplified models. This method is applied to the growth of sessile oak / Scots pine stands in the context of a partnership between the French Forestry Board (ONF) and Cemagref. We sampled 101 oaks and 116 pines distributed in four experimental plots in the Orleans state forest for the purpose of studying radial increment. With this data, we built a first model – a distance-dependent tree model. With this model, we were able to specify the interaction between and within species. One finding was that pines surrounded by pines are at a disadvantage compared to those surrounded by oak. The model was integrated in a module of the Capsis forest simulation system. Starting from an actual stand, we conducted simulations that enabled us to quantify the production of the mixture and furthermore to provide information or input as to the future development of that combination. We also showed the relevance of the distant-dependent tree model for testing marking strategies on the scale of the individual tree. This work is a first step in building a family of models for sessile oak / Scots pine stands at various levels of detail. In the longer term, by comparing the various models in the family, we hope to identify the appropriate scale for one or several management issues. We will then be able to supplement this model by bringing regeneration into the equation so as to develop a comprehensive management aid tool for these mixtures.
Publisher: ENGREF, Ecole nationale du génie rural, des eaux et des forêts, Nancy, France
Date: 2008

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search