l'insufflation épiploïque en laparoscopie

Show full item record


Le texte intégral est désormais accessible en ligne
uniquement chez SpringerLink.


Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/16984
Title: l'insufflation épiploïque en laparoscopie
Author: TAVERNIER, R.; SAINT-PIERRE
Abstract: Lors de la création d'un pneumopéritoine -premier temps de la laparoscopie - l'insufflation accidentelle d'air dans une frange graisseuse épiploïque, mésentérique ou pariéto-organique constitue une gêne sérieuse pour la continuation de l'examen: le plus souvent elle peut nécessiter l'arrêt pur et simple de toute tentative endoscopique, immédiatement. Sa résorption lente retarde ou élimine parfois toute tentative nouvelle. Elle se rencontre le plus souvent chez des sujets obèses - mais aussi lorsqu'on emploie un trocart trop court; - lorsqu'un trocart est introduit trop obliquement sous anesthésie générale; - lorsque la poire est utilisée pour l'insufflation. Elle se multiplie en combinant les éventualités ci-dessus. Pour l'éviter, l'auteur utilise depuis 5 ans l'injection brutale de 5 cc de sérum salé isotonique dans le trocart du pneumopéritoine avant d'insuffler l'air: - si aucune douleur n'apparaît, le trocart est en péritoine libre; - si une douleur vive apparaît - même chez un malade largement prémédiqué - un kyste liquidien intra-épiploïque ou sous-péritonéal s'est produit. Attention à l'insufflation épiploïque. Changer la place du trocart ou le retirer doucement en effectuant des mouvements circulaires, et recommencer le test.
Publisher: Saint-George, Paris (FRA)
Date: 1971

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search