La notion d'État et la psychologie sociale

Show full item record

Files in this item

PDF HERMES_1988_2_134.pdf 2.420Mb
Pour citer ce document :
URI http://hdl.handle.net/2042/15686
DOI https://doi.org/10.4267/2042/15686
Title La notion d'État et la psychologie sociale
Author KELSEN, Hans
Abstract Comment comprendre l'État comme une unité dépassant les individus? Hans Kelsen part de cette question méthodologique pour montrer les limites d'une genèse psychosociologique de l'État. Par rapport aux tendances « interactionnistes » d'une sociologie inspirée par Simmel, la théorie des foules (Sighele, Le Bon), telle qu'elle est approfondie par Freud, présente certes l'avantage de penser Γ« unité » d'une collectivité sans tomber dans l'hypostase d'une conscience supra-individuelle. Cependant l'État est une réalité différente de celle de la foule, même si, après Me Dougall, on distingue entre les « foules inorganisées » et les « foules artificielles » qui seraient stables et sans identification à une unité incarnée dans le chef. En fait, l'État ne peut être différencié d'autres systèmes (comme la religion ou la nation) que d'après les contenus spirituels. Il s'agit d'un complexe théorique relevant d'une réflexion orientée vers la validité normative, et non pas vers l'efficacité positive. Cela suppose une approche juridique située tout à l'opposée de l'approche sociologique de Durkheim.
Publisher CNRS Editions, Paris (FRA)
Date 1988

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search