ERCP : une étude unicentrique de 1020 cas

Show full item record


Le texte intégral est désormais accessible en ligne
uniquement chez SpringerLink.


Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/15238
Title: ERCP : une étude unicentrique de 1020 cas
Author: WAKELIN, (Sonia J.); MCCOLE, (Diane C.); WELSH, (F.); CARDEN, Claire; AULD, (Ch. D.)
Abstract: Introduction : En raison de l’essor de la cholangio-pancréatographie IRM (CPIRM) et de l’échoendoscopie, dans l’exploration des pathologies biliaires et pancréatiques, la cholangiopancréatographie rétrograde (ERCP) souvent source de complications, est actuellement, nettement moins prisée en tant que méthode diagnostique. Cette étude a pour but d’évaluer l’ERCP sur une série consécutive de patients de façon à cerner les types et taux de complications liées à cette procédure et à déterminer si les réticences formulées quant à son utilisation, sont justifiées. Méthodes : L’étude portait sur une série consécutive de patients soumis à ERCP, examen réalisé par un seul opérateur sur une période de 8 ans dans un petit hôpital général de district du sud-ouest de l’Ecosse. Les indications de la CPRE ont été enregistrées de même que les taux d’amylases sériques dans les 24 heures après l’examen. Les complications précoces liées à la CPRE étaient documentées et les dossiers des patients réadmis à l’hôpital dans les 30 jours suivant la procédure, ont été revus de façon à mettre en évidence toute complication tardive liée à l’examen. Résultats : Durant la période de l’étude, 1020 patients ont été évalués. La plupart (64,7 %) ont été soumis à des CPRE thérapeutiques qui pour la majorité, étaient pratiquées pour suspicion de lithiase de la voie biliaire principale (56 %). Le taux de complication global a été de 2,6%mais il n’y a pas de différence significative entre le groupe diagnostique et le groupe thérapeutique. Une pancréatite est survenue au cours de 15 ERCP (1,6 %) mais c’est cependant une complication rare qui a touché seulement 2 patients chez lesquels un cathétérisme sélectif de la voie biliaire principale avait été effectué. Dans tous les cas, il s’agissait d’une pancréatite modérée résolue par traitement conservateur uniquement. L’hémorragie a compliqué 6 ERCP (0,6 %). Nous n’avons enregistré aucune perforation liée à l’ERCP, ni complications cardio-pulmonaires, ni mortalité. Cinq patients (0,5%) ont développé une cholangite nécessitant une réadmission à l’hôpital dans les 30 jours suivant l’ERCP. Conclusions : Malgré la contre-publicité faite à l’ERCP au regard de ses complications, les résultats de cette étude ont montré que cette procédure était sûre entre des mains expérimentées avec un taux extrêmement bas de complications précoces ou tardives. Dans cette série, le taux de pancréatite était faible mais pourrait être encore réduit par cathétérisme sélectif de la voie biliaire principale.
Subject: Cholangiopancréatographie rétrograde par voie endoscopique (ERCP); complications; Endoscopic Retrograde Cholangiopancreatography (ERCP); complications
Publisher: Endoscopica, Nancy, France
Date: 2008

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search