Une perspective sociologique sur la continuité entre les pratiques quotidiennes, les activités artistiques et la sensibilité esthétique

Show full item record

Files in this item

PDF HERMES_1996_20_213.pdf 773.9Kb
Pour citer ce document :
URI http://hdl.handle.net/2042/14926
DOI https://doi.org/10.4267/2042/14926
Title Une perspective sociologique sur la continuité entre les pratiques quotidiennes, les activités artistiques et la sensibilité esthétique
Author SYLVESTRE, Jean-Pierre
Abstract La culture inscrite dans les pratiques quotidiennes apparaît comme la condition de possibilité et la condition de recevabilité et d'intelligibilité des oeuvres produites dans l'espace spécifiquement artistique et intellectuel, même si, dans nos sociétés, depuis le mouvement d'autonomisation des Beaux Arts et de l'esthétique au xvnf siècle, ce lien tend à être occulté ou dénié par les historiens de l'art, les philosophes et les créateurs eux-mêmes, au profit d'un discours sur la singularité absolue de l'oeuvre et l'originalité radicale du génie artistique. Cette perspective n'induit pas nécessairement l'égalitarisme ou le relativisme culturels. Elle ne nie pas non plus la possibilité de l'existence d'invariants esthétiques permettant la communication entre les cultures par delà la diversité de leurs manifestations et de leurs significations historiques et vernaculaires.
Description A Sociological Perspective on Continuity from Daily Practices to Artistic Activities and Esthetic SensitivityCulture in day to day practices seems to condition the possibility as also the admissibility and intelligibility of work produced in the purely artistic and intellectual sphere, whereas, in our societies, ever since the Beaux-Arts and esthetics became autonomous in the 18th century, this connection has tended to be concealed or denied by art historians, philosophers and the creators themselves, in favour of discourse on the absolute singularity of the work and the radical originality of artistic genius. This perspective is not necessarily conducive to cultural egalitarianism or relativism. Nor does it refute the possibility of esthetic invariables for intercultural communication on a level above their diversity of form and different historical and vernacular meanings.
Publisher CNRS Editions, Paris (FRA)
Date 1996

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search