Les horloges et les nuages : temps et contretemps des démocratisations

Show full item record

Files in this item

PDF HERMES_1996_19_165.pdf 1.147Mb
Pour citer ce document :
URI http://hdl.handle.net/2042/14882
DOI https://doi.org/10.4267/2042/14882
Title Les horloges et les nuages : temps et contretemps des démocratisations
Author SANTISO, Javier
Abstract Les démocratisations contemporaines invitent à reconsidérer la dimension temporelle du politique. Celle-ci est double : elle a trait aux problèmes d'allocation et d'arbitrages temporels mais aussi à ceux inhérents aux transformations des représentations du temps. En Amérique latine comme en Europe orientale et centrale, les démocratisations s'accompagnent en effet d'importantes reconfigurations des représentations temporelles. Le futur cesse d'être le nord magnétique de la politique pour laisser place à un présent omniprésent. S'ajoute à cela un rétrécissement de l'horizon temporel : désormais les délais entre décisions et résultats, autrement dit la distance temporelle entre présent et futur, se trouvent singulièrement réduits. Avec ce basculement dans l'immédiat, la synchronisation des différentes temporalités sociales devient dès lors l'un des enjeux majeurs des démocratisations contemporaines. Créer un horizon d'attente commun, à partir de temps sociaux multiples et éclatés, est, aujourd'hui, l'un des défis les plus saillants auxquels doivent faire face, au Sud comme à l'Est, les démocraties émergentes.
Description Studies on democratization have approached the question of time from the perspective of both representation and allocation and invite political science and the social sciences in general to investigate the temporal dimension and the issue of time in processes of political change. Democratization can be described as a critical moment for the reconfiguration of time perceptions and temporal representations, moments in which the future is uncertain, its duration limited. In this sense, the present is omnipresent in Latin America and Central and Eastern Europe, overruling both the past and future as the referential horizon of politics. In political terms, however, this immediacy is problematic since it tends to weaken the teleological dimension of political life. Furthermore, in this new political temporality, the invocation and evocation of a common future, which are at the core of politics, lose in suggestive power and attractiveness.
Publisher CNRS Editions, Paris (FRA)
Date 1996

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search